Le Chapelet

Le CHAPELET : la prière « des petits »


A l’école de Marie

Pourquoi prier le chapelet est si important pour « Les Veilleurs de la Cité » ?

Dans les noces de Cana Marie intercède pour les époux et suscite de la part de son Fils, le véritable Epoux de l’humanité, un brin de miséricorde pour ces derniers et par ricochet pour l’Eglise. Parler d’un brin de miséricorde que Jésus offre à l’humanité à travers les époux des Noces de Cana ( Jn 2, 1-12 ) , ne réduit pas la plénitude de la miséricorde qui résulte de son cœur.

En Jean, c’est bien entendu sur la Croix que Jésus verse son Sang (le Vin de la Nouvelle Alliance) pour le salut de l’humanité. Le vin donné par Jésus dans les Noces de Cana, préfigure le don total de Lui-même sur la Croix. Dans les noces de Cana, c’est Marie qui a suscité la miséricorde de son Fils pour les époux, aujourd’hui elle nous invite à faire de même pour l’humanité et en particulier pour notre Diocèse et tous ceux qui se recommandent à nos prières. C’est justement le devoir par amour de tous ceux et celles qui veulent et désirent devenir « Veilleurs de la Cité ».

Devenir « Veilleurs de la Cité » nous invite à aller à l’école de Marie. Pour ce faire, l’Église, par la voix des Dominicains, nous propose la prière des petits, «Le chapelet ». A la suite des Dominicains, nous, aussi, « Veilleurs de la Cité », désirons intercéder pour l’Église par la prière du chapelet. Cette prière aussi simple qu’elle soit, est plus puissante qu’une thérapie médicinale.

Pourquoi thérapie ?

Parce que la prière du chapelet nous façonne le cœur et nous accorde la vertu de la patience. Celui qui est impatient aura du mal à prier le chapelet compte tenue de la redondance de la prière. C’est justement dans cette redondance que l’impatience se transforme en patience ; et par la patience, Marie l’introduit dans une patience passionnée qui devient un feu d’amour mystique.

« Les Veilleurs de la Cité » en allant à l’école de Marie se veulent être mystiques. Ils veulent passer de la foi superficielle à la foi mystique qui passe par la maturation de tout l’être chrétien. Celui ou celle qui va à l’école de Marie ne sort jamais indemne. Il ou elle est façonné (e) par Marie qui prie silencieusement, toute orientée vers son Fils qui est la source de toute transformation.


Pourquoi «Les Veilleurs de la Cité » doivent aller à l’école de
Marie ?


Ils doivent y aller pour cueillir les vertus qui émanent du cœur de
Marie. Ces vertus peuvent être comprises comme des roses mystiques
qui traduisent à la fois : la patience, l’humilité, l’obéissance, la
persévérance et la prière. Marie est celle qui prie et qui ne revendique
pas. Marie assume sa féminité et sa maternité de mère. En cela, elle est
un exemple pour les féministes et pour nous. Aller à l’école de Marie
revient à dire : faire tout avec Marie, par Marie, pour Marie, en
compagnie de Marie; le regard fixé sur le Christ notre Rédempteur et
Seigneur.

A l’école de Saint Louis Grignion-Marie de Montfort

Pour « Les Veilleurs de la Cité », aller à l’école de Saint Louis Marie Grignion de Montfort, c’est devenir serviteur de Jésus et de Marie, autrement dit, devenir doulos (esclaves) du Fils par la Mère. Louis Marie Grignion de Montfort nous invite à devenir esclaves de Marie ; esclaves non pas dans le sens de servitude mais esclaves dans le sens de tout donner à Jésus par Marie. Et cela explique la compréhension du don total de nous-mêmes par l’accueil de la Croix et à laquelle nous sommes appelés à nous configurer. Pour cela les « Veilleurs de la Cité » feront du Traité marial de Louis Marie Grignion de Montfort, leur repas quotidien.

Pour ce faire, nous introduisons dans notre charte la prière de consécration à Marie :

« Je vous choisis, aujourd’hui ô Marie, en présence de toute la Cour céleste, pour ma Mère et ma Reine. Je vous livre et consacre, en toute soumission et amour, mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi, et de tout ce qui m’appartient, sans exception, selon votre bon plaisir, à la plus grande Gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité. Ainsi soit-il ! »

Pour «Les Veilleurs de la Cité » la consécration à Marie du Saint Louis Marie Grignion de Montfort résume la démarche de la vie chrétienne. Elle retrace la vie menée par Marie et nous la laisse comme exemple pour notre propre marche à la suite du Christ, notre Seigneur et notre Sauveur, le véritable époux des noces de Cana. Marie fait de nous, comme dans les noces de Cana, les disciples de son Fils. Dès lors elle nous invite constamment à faire tout ce qu’il nous dira. Elle nous invite donc à l’obéissance, à la fidélité et à l’authenticité.